Dossier parking du Landeron

lien :  Le Landeron selon Wikipedia
         site officiel de la ville du landeron

Nouveauté : En ce 12 août j'ai reçu efin une lettre de la SDL

Historique :
Le Landeon est une petite commune du littoral neuchâtelois, elle est peuplée en grande majorité par des ouvriers, vignerons ou artisans.
La commune vit des ses vignes et de son tourisme, étant située au bord du lac de Bienne.

Problème :
Il a y quelques années, elle a construit un camping fixe, une piscine et puis un peu plus tard le camping de passage, dont voici le lien sur son site internet. Je n'ai pas trouvé les dates exactes de création des divers camping, mais je pense que cela n'a pas beaucoup d'importance par rapport au problème lié au parcage des véhicules pour les résidents du camping fixe.

Comme vous le verrez dans ce document trouvés sur le site officiel de la commune du Landeron, la société de Développement du Landeron (la SDL) qui gérait déjà les camping, a été citée pour aussi gérer les parking aux alentours du lac : port et piscine.
On y apprend que la commune  a des soucis financiers et qu'elle cherche de nouvelles rentrées financières à court terme, ce document étant daté du 24 octobre 2005.

Début juin, alors que nous voulions nous garer comme d'habitude sur le parking à proximité du camping, nous sommes étonnés de voir qu'un horodateur y était placé. Sur certains pare-brise on y découvre des amendes. Je suis consterné car je n'ai reçu aucune lettre ou circulaire indiquant un changement de règlement concernant le camping, ni concernant les directives de parcage. Une circulaire aurait dû nous être adressée, étant donné que tous les locataires du camping fixe sont résidents dans d’autres communes que ce soit en Suisse ou à l’étranger.
Cette grosse lacune m'a incité à écrire la lettre suivante à la SDL malheureusement plus de 6 semaines après son envoi, cette dernière est restée sans réponse bien qu'elle fut envoyée recommandée.

Cette mesure prise par la SDL et la commune du Landeron ne passe pas inaperçue dans le camping, elle devient même le sujet principal des discussions entre le campeurs. Tous commence à trouver la facture salée. Certes la région est jolie, mais bon lorsque l'on a une famille, que l'on est retraité et que l'on vient tous les week-end depuis Bâle, Le Landeron a beau être une petite citée plaisante, à la fin du mois il ne reste plus grand chose dans les porte monnaies.

Depuis le début de cette mesure, comme je le prévoyais dans ma première lettre, les parking aux alentours du lac n'ont fait que se vider de jour en jour, pour preuve la photo suivante prise sur le parking utilisé généralement par les campeurs du camping fixe. le lundi 7 août 06 vers 14h. Voici maintenant une photo prise sur le parking de la piscine. Les années passées les 2 parking étaient bondés, et il était parfois difficile de trouver une place. La plage du port était de juin à fin août bondé aussi. A présent grâce à la mesure prise conjointement par la SDL et la commune, la plage est désertée par les non résidents du Landeron. Il semble bien que les objectifs fixés ne seront probablement jamais atteint car notre société ayant créé une classe moyenne qui s'appauvri au fil des années, elle est obligée à compter et supprime de plus en plus tout ce qui est superflu. Il est étonnant que nos Autorités n’aie pas une vue d’ensemble du phonomène.

Nous sommes allés faire une grillade le jeudi 20 juillet et donc avons garé notre voiture sur le parking à proximité de notre parcelle pour la pause de midi.

Au moment de notre départ vers 14:30, alors que le parking était comme à l'accoutumé depuis début juin, vide, je découvre une amande sur mon pare-brise.

Je décide donc de retourner cette dernière à la SDL à qui je loue la parcelle sur laquelle se trouve ma caravane, accompagnée d'une seconde lettre. A ce jour, pas de réponse, nous sommes le 8 août.... Je prends la liberté de téléphoner, bien mal m'en pris, je me fais insulter par le responsable de la SDL, qui essaie de me faire croire que la majorité des campeurs n'ont eu aucunes réactions et ont acheté le badge de 80 francs les autorisant à garer leur véhicule de mi-mai à mi-septembre "gratuitement".
Il fini par me dire qu'ils ont tout de même commis l'erreur de ne pas avoir envoyé de circulaires expliquant les nouvelles modalités de parcage. Les factures, elles, sont envoyées d'années en années sans omission. Il fini par me sortir une phrase du style : " Ne me dites pas que vous n'avez pas les moyens de payer… " Je lui rétorque que cela n'a rien à voir, et lui demande s'il n'avait pas vu lui aussi que la majorité des campeurs était des familles et des personnes âgées. A court d'arguments, il fini par me dire que puisque je ne suis plus très heureux avec le camping, il ne voit aucun inconvénient pour que je quitte ce dernier, qu'il attend ma lettre avant la fin de l'année conformément avec le règlement. « Bref Monsieur, je vous exclus du camping » me dit-il et raccroche sans me laisser répondre.
Ce monsieur est responsable de la société de développement de sa commune, qui rappelons-le vit du tourisme estival, il est très sympathique et arrangeant tant que l'on est d'accord avec lui mais devient carrément méchant lorsque pour une raison ou une autre il constate que l'on ne partage plus ses opinions. Il fini même par se prendre pour Dieu en me déclarant que je suis viré alors que nous ne nous connaissons même pas et simplement parce je ne participe pas ses vues sur un problème relativement simple. C’est la raison pour laquelle j’ai créé ces pages car j’ai la conviction de vivre dans un pays démocratique et aimerait que nos droits soit respectés.

Enfin voici une photo des horodateurs, vous verrez combien ceux-ci sont explicites. Je n’ai pas compris s’il était libre de garer de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30 ou si c’est le contraire...

On voit bien que tout cela à été fait sans rigueur, à la va vite. Les horodateurs sont peu clairs, aucun avis aux intéressés, et pas d’explications concernant les raisons qui pousse la commune et la SDL d’agir ainsi. J’ai la vague impression que nous sommes revenus un siècle en arrière

13 août 2006
Finalement, la SDL a bien voulu me répondre suite à mon téléphone. En voici la copie :
Notons au passage que j'ai effacé les noms afin que personne ne se sente directement visé cela dans l'intention de préserver la vie privé et l'anonymat des personnes concernées dans cette affaire, y compris moi.
lettre de la SDL datée du 9.8.06 reçue le 12 août. Je ne ferai aucuns commentaires sur son contenu et vous laisse seul juge...Trouvez ensuite la copie de l'amende trouvée sur mon pare-brise, je vous demanderais de jeter à nouveau un coup d'oeil sur le libellé des heures payantes de l'horodateur, et serais heureux de savoir sans ambiguïté quelles sont les heures payantes.... Moi même aujourd'hui je n'y arrive pas... et pourtant je ne suis pas douanier....
Refaite par contre à nouveau un petit tour sur les tarifs du camping fixe, mais notez que la taxe du parking  à 120.- ne signifie pas que vous aurez une place, aucune place n'est réservée pour vous.... si les parking sont complets, il faudra vous garer de manière sauvage au risque de recevoir une amende...

Conclusions:
Je ne désire pas m'en aller ainsi sans amener quelques idées de rentrées supplémentaires pour la commune, sans pour autant restreindre à nouveau la liberté des moins riches.
Si les Autorités avaient consulté leurs citoyens, les campeurs et les commerçants se trouvant aux abords du lac, il serait certainement ressorti que l'idée de taxer les visiteurs de cette localité n'est pas la meilleure des idées. Personnellement, j'aurais fait les propositions suivantes :
  1. Pour les camping, j'aurais offert une vignette permettant l'usage gratuit des parking pour les campeurs, qui lorsqu'ils sont là consomment et donc rapportent de l'argent à la commune. Les visiteurs eux auraient à payer une taxe minime, disons de 1 à 2 francs par jour.
  2. J'aurais acheté 2 ou 3 charrettes à glace, et engagé des étudiants l'été pour se déplacer au sein de la piscine, sur les plages du port, sur les rives de la Thielle et éventuellement dans les 2 camping.
  3. La commune en collaboration avec les vignerons et les artisans de la ville auraient pu organiser des visites des lieus intéressants de la ville naturellement en demandant une compensation financière aux touristes qui désirent être guidés.
  4. Pourquoi ne pas louer aussi des pédalos ou petites barques.
  5. Location de vélos
Là sont quelques idées qui offre des services à valeur ajoutés, qui permettraient en quelques années d'ajouter des recettes à la commune, et je suis sûr qu'en se creusant la tête un tant soit peu on peut trouver beaucoup d'autres idées.

Bonne chance Le Landeron, probablement sans moi puisque à cause de ma révolte, j'ai été oralement exclu du camping par son responsable....

retour à la page principale